Sonnet I, Siméon-Guillaume de la Roque
Poèmes

Sonnet I

par Siméon-Guillaume de la Roque

Echo fille de l'air, piteuse et vagabonde,
Hôtesse des vallons, des astres et des bois,
Helas ! pour escouter les accents de ma voix,
Sors du creux des rochers et du milieu de l'onde.

Il faut que tu me plaigne en ma douleur profonde,
Et qu'aux siècles futurs je conte à ceste fois,
Comment
Amour me rend esclave sous les loix,
De la plus inhumaine et plus belle du monde.

Si jadis pour
Narcis on t'ouist souspirer,

Maintenant pour
Narcize il me faut endurer,
Toutesfois je diffère à ton amour estresme :

Car tu prias le
Ciel, ne pouvant l'enflammer,

Qu'il fut pour te venger amoureux de soymesme,
Moy, queDe se haysse et meure pour m'aymer.



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top