Poèmes

Sonnet Clxxvi

par Siméon-Guillaume de la Roque

Belle ainsi que le ver enclos en sa fuzee
Qu'en secret il conduit plein de subtilité
Ayant en ce labeur son esprit arresté
Monstre que la nature en art s'est déguisée

En ce point j'ay ma vie a cest œuvre amusée,
Où je m'enferme seul pour un temps limité,
Ourdissant une trame à la postérité
Qui jamais par la mort ne peut estre brisée,

Ce ver dedans son fil doux et petit bisson
Se cache et se transforme en une autre façon,
Puis il en sort aislé prenant l'air pour sa voye.

Las ! achevant ce livre amour pernicieux

Me change en papillon et droit a vous m'envoye
Afin que je brusle au feu de vos beaux yeux.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top