Sonnet Xx, Siméon-Guillaume de la Roque
Poèmes

Sonnet Xx

par Siméon-Guillaume de la Roque

Je voyageois un jour sur le fleuve de
Seine
Avecque la beauté qui me rend langoureux,
Helas ! qui me disoit ces beaux mots amoureux
Que
Narcis adressoit à son image vaine :

J'estois son seul espoir, son plaisir, et sa peine,
Le seul bien qui rendoit ses esprits bien heureux,
J'estois son petit cœur, sa lumière sereine,
Et le
Temple où sans fin elle adressoit ses vœux :

Puis elle me disoit, ô ma belle pensée,

Faisons que nostre
Amour ne soit jamais faussée,
Et que malgré la mort elle vive au tombeau :

Jamais d'un autre
Amant je ne seray
Maistresse ;
Et pour t'en asseurer j'en signe la promesse,
Mais enfin j'apperçeu qu'elle escrivoit en l'eau.



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top