Sonnet Xxxi, Siméon-Guillaume de la Roque
Poèmes

Sonnet Xxxi

par Siméon-Guillaume de la Roque

S'il me souvient de vous, ces plaines et ces bois
Vous en pourront donner fidelle témoignage,
Et les rochers aussi de ce désert sauvage,
Que je fay rompre au son de ma dolente vois.

Amour le sçait encor, qui mille & mille fois
M'a veu d'un cœur devôt adorer vostre image
Et lors que vous viendrez en ce plaisant bocage,
Vous verrez vostre nom escrit en mille endroits.

Il me souvient de vous au mal qu'Amour me donne,
Las ! ce doux souvenir jamais ne m'abandonne,
D me meine à la nuit, et de la nuit au jour.

C'est le bien de mon cœur, l'aliment de ma flame,
Bref en ce souvenir se transforme l'Amour :
C'est son intelligence et l'ame de son ame.



Poème publié et mis à jour le: 16 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top