Poèmes

Sonnets Chrestiens

par Siméon-Guillaume de la Roque

L'enfer est un palais d'estrange architecture
Du fleuve
Stigieus enclos de tous costez,
Un théâtre où
Pluton fait voir ses cruautez,
Ou l'on sent de la mort l'éternelle pointure.

Le baze est de charbon, de soufre est la vouture,
Ou le froid et le chaud sont aux extremitez,
Ou les pleurs et les cris ne sont pas escoutez,
Où l'horreur et la rage ordonnent la torture.

C'est où l'Ange orgueilleux de la haut fut chassé,
Mais où l'ame languit pour avoir offencé
Celuy qui si parfait au monde la fit naistre.

Mais le plus grand tourment que l'Enfer puisse avoir
C'est la privation de la face du
Maistre,
Puis que le
Paradis gist en l'heur de le voir.


Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top