Poèmes

Sonnet Xxxvii - Sonnet

par André Mage de Fiefmelin

En sa postérité

L'erreur d'Adam punie

Destine nostre vie

A mal et vanité.

Dieu rend par équité

Au malheur asservie

L'ame qui ne desvie

De son bonheur tenté.

Le
Ciel nous chasse à force

Par l'escrit de divorce

A la terre donné.

La terre l'homme aterre,
L'enfer à mort l'enferré,
La
Croix le tient geiné.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top