Poèmes

Sonnet Xxxiv - Sonnet

par André Mage de Fiefmelin

S'il n'y a point d'amour si grand que de soy-mesme,
Vray
Narcisse je m'ayme entre tous grandement :
Et si n'ay toutesfois d'ennemy s'animant
Plus que moy contre moy qui, pour me hayr, m'ayme.

Ce qu'ore à mort je hai, tost d'un désir extresme
Je me l'affectionne : et mon vouloir, s'armant
Contre moy, n'obéit qu'en son commencement :
Et vainqueur de vaincu, ce dernier vient supresme.

D'un non-voulant ouy j'espouse la vertu :

Quand d'un voulant
Nenny contraint, j'ay combattu
Le vice, et sur mes sens mis la raison à force.

Je ne cours pas au bien, je m'y traisne à lent pas :
Mais le mal qui m'atteinct sur moy ne règne pas :
En moy je-ne-scay-quoy plus grand que moy le force.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top