Poèmes

Sonnet Xcvi - Sonnet

par André Mage de Fiefmelin

Des le ventre jusqu'au tombeau

Le cours de l'homme en langueur roule.
Devers l'Enfance qui se saoule
Est rongée des le berceau.

La gale boutonne sa peau :

Sur son chef la tigne s'ampoule :
Et la fleur du ventre l'escoule (En ses humiditez) comme eau.

La
Jeunesse en
Hemorhagie,
En fleur de sang, en phrenesie,
Et en chartre tombe aisément.

Puis la vieillesse a les
Cathares

La
Toux, la
Goutte, et tremblement :
Tels sont à tous de mort les arres.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top