6' Essay du Spirituel - Sonnet, André Mage de Fiefmelin
Poèmes

6' Essay du Spirituel - Sonnet

par André Mage de Fiefmelin

Dieu est tout œil, tout main, tout pied, en tout extrême
Voyant tout, faisant tout, estant par tout présent :
Sur tout, soubs tout, hors tout, en tout est suffisant
Par la force, soustien, grandeur, esprit supresme.

Dieu est la vraye vie, en qui, et par qui mesme,
Ce qui est bon, de luy va son honneur puisant,
C'est vivre, qu'estre en
Dieu, mourir qu'en estre absent :
Si vers luy retourner, c'est revivre en luy-mesme.

Dieu n'est ni son qui soit, ni odeur à flairer,
Ni couleur veuë à l'œil, ni goust à savourer,
Ni corps qu'autre corps touche, ains
Esprit invisible.

Et c'est je-ne-sçay-quoy, qu'en sentant aisément
Je ne puis exprimer, estant
Dieu indicible :
Je le loue en silence et possède en l'aymant.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top