Poèmes

Sonnet Lxxxxii - Sonnet

par André Mage de Fiefmelin

La faim, la flamme, l'eau, le vent, et le fer,
Sont des mourables nez l'Asyle lethifere.
Là sans espoir de grâce est leur port salutaire,
Qui les porte en naufrage ez gouffres de l'enfer.

On void mourir de rage et de feux s'estoufer
Boniface * en sa faim,
Porcie ** en sa misère,

Hippone*** en mer se noyé en fuyant son
Corsaire :
Hannibal s'empoisonne allant voir
Lucifer.

Mithridate se rompt d'un estoc la poictrine,
Ainsi qu'avec
Caton la
Lucrèce
Latine.
Cleopastre à l'aspic se fait piquer à mort :

Et
Monime**** égorgée par l'Eunuque
Bocchide.
Sardanapale fait le feu son homicide :
Par toute porte ainsi l'homme hors du monde sort.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top