Regret poème de Martineau Philippe
Poèmes

Regret

par Martineau Philippe

Ta nuque illuminée
par l’envie d’être vue
ne peut s’abandonner
que prise au dépourvu.

Et je reste étonné
de m’être retenu
quand l’eau déboutonnée
te servait de tenue.

Un peu de ride est né
au fond de tes yeux gris,
qui me fait deviner
que ton rêve a maigri.

Et toutes ces années
sans lueur aux vitraux
te font croire, in fine,
que ton cœur est de trop.

Ta nuque dessinée
par l’envie d’être tendre,
que ne l’ai-je inclinée
quand tu vivais d’attendre ?

Extrait de: 
POEMES TRADUITS DU SILENCE


Poème publié et mis à jour le: 11 juin 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top