AIGLE FIXE par Martineau Philippe
Poèmes

AIGLE FIXE

par Martineau Philippe

La nuit était en cours
quand il me décela :
je revenais du jour
et lui de l’Au-delà.

Il est encore en haut,
entre ses ailes fixes,
comme flottant sur l’eau
d’un affluent du Styx.

Et c’est encore lui
qui m’avait détenue,
et dont l’œil avait lui
en m’ayant mise a nu.

Il n’avait pas eu peur
de mon âme cloîtrée,
et c’est avec ampleur
qu’il y était entré.

Mais la nuit est à court –
tout autant que mon pas –
et malgré tant d’amour
il ne redescend pas.

Extrait de: 
POEMES TRADUITS DU SILENCE (http://enmotdiese.free.fr/a_auteurs.htm#martineau_traduitsdusilence)

Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top