Poèmes

Paroles de Léda

par Martineau Philippe

Le cygne était au bord
et moi si près de lui
que je l’ai cru d’abord
plus vaste que la nuit.

Que je bénis ce bec
ayant su me découdre !
Je n'ai plus rien de sec
et semble me dissoudre.

Qu’ai-je à me réveiller
à l’instant de jouir,
à l’heure où l’oreiller
m’écoute défaillir ?

Et quoique cette étreinte
ne fût qu’un rêve d’eau,
je me réveille enceinte
et mère d’un oiseau.

Mais quand je me rendors
et retrouve ce rêve,
je suis pucelle encore
et attends sur la grève.

Extrait de: 
POEMES TRADUITS DU SILENCE (http://enmotdiese.free.fr/a_auteurs.htm#martineau_traduitsdusilence)



Poème publié et mis à jour le: 11 juin 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top