Aigle Noir - II poème de Martineau Philippe
Poèmes

Aigle Noir - II

par Martineau Philippe

C’était un aigle noir –
qui se posa si près
qu’on ne pouvait pas voir
ce qui m’en séparait.

« Tu te trompes de proie !
dis-je à ce bec armé,
à moins que tu me croies
capable de t’aimer... »

Je ne vis plus soudain
que des lambeaux de brume
tandis que sur ma main
retombait une plume.

Mais que le ciel est gris
lorsque je me réveille !
Malgré tout je souris
en croyant au soleil...

... non sans crainte qu’au soir
aucun rêve n’afflue
et que mon aigle noir
ne vienne jamais plus.

Extrait de: 
POEMES TRADUITS DU SILENCE (http://enmotdiese.free.fr/a_auteurs.htm#martineau_traduitsdusilence)


Poème publié et mis à jour le: 11 juin 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top