Poèmes

Aigle Gris

par Martineau Philippe

La douleur était telle
que je haïssais Dieu,
quand un battement d’ailes
me fit lever les yeux.

Affolant le cyprès
l’oiseau n’avait pas peur
et se posa si près
que j’entendis son cœur.

« Que viens-tu faire à terre ?
dis-je à cet aigle gris,
de quel profond mystère
es-tu l’allégorie ? »

Et je le reconnus
à sa façon d’aimer ;
il m’était revenu
d’un monde inanimé.

Mais au lever du jour
hélas il s’envola,
préférant à l’amour
la nuit de l’Au-delà.

Extrait de: 
POEMES TRADUITS DU SILENCE (http://enmotdiese.free.fr/a_auteurs.htm#martineau_traduitsdusilence)

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top