La Baie du Ciel, Edouard Glissant
Poèmes

La Baie du Ciel

par Edouard Glissant

Elle, miroir, et si gardée

Que les herbes atroces fuient

Où vont l'attente la torture.

Un arbre ne tient dans la main creuse du chemin

Qui de vieillesse devient route.

Elle a gemmé, femme sur l'eau
Immobile à la surface, goémon
Nue, aveu de l'air qui de plaisir devient orage.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top