Poèmes

Un Tel

par Edouard Glissant

Il s'est dit à peine
Que déjà mourir
C'est ne rien finir.

Il s'est dit:
Voilà!
Je suis de la proie
Qui calme les bêtes.

Il s'est dit surtout :
Je suis cet engrais
Qu'il faut pour après.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top