Poèmes

Tyrannie

par Edouard Glissant

C'est cela, la nuit.
Un homme s'y épanche,
A défaut du corps de la bien-aimée,

Car la nuit mouillée
Lui rappelle une bouche.

Maintenant que vieillir se fait dans la misère
De cent peuples traqués,

Le sanglot, mon amour et les arbres l'hiver

Sur des maisons trop nues pour qu'on y trouve asile.

Toi partie les objets
N'avaient pas de constance

Et ce lieu se cherchait repos
Parmi les lieux,

Devenait mur de chair
Alentour, presque froid.

C'était midi devenu fou
Sous le remords.

Sur nous tombait à froid
La rosée des espaces,

De nous partait la voix
Pour l'ombre où rien ne reste.

Mais toi tu savais
T'approcher des choses.

Que de jours, que de jours
N'aurons-nous pas traités
Comme de nobles nuits

Dans des chambres perdues
Pour nos durs poursuivants.

Maintenant ton visage
Est marqué dans les pierres

Et je l'y chercherai

De l'ongle et de la paume.

Il me suivra par elles au soleil,
Ton regard.

Et si un jour elles saignent,
Elles saigneront ton sang.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top