Souvenir, Edouard Glissant
Poèmes

Souvenir

par Edouard Glissant

Ce n'est pas vrai qu'un mort
Soit comme un vague empire
Plein d'ordres et de bruit,

Qu'il nous envie
Quand nous mangeons.

Ce n'est pas vrai qu'un mort

Soit du sang ou du lait la nuit plus haut que nous.

Ce n'est pas lui qui rit dans l'arbre et dans le vent
Si l'on pleure au village.

Ce n'est pas lui non plus

Qui fait tomber les bols quand on tourne le dos

Ou la suie sur le feu.

Ce n'est jamais un mort

Qui nous prend à partie dans les yeux des chevreaux.

Il ne faut pas mentir,

Rien n'est si mort qu'un mort.


Mais c'est vrai que des morts
Font sur terre un silence
Plus fort que le sommeil.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top