Poèmes

CYGNE - I

par Martineau Philippe

Une vague s’aligne
et fait la révérence :
c’est en l’honneur d’un cygne,
qui désormais s’avance.

Les roseaux, amarrés,
coupent l’air et se penchent,
comme pour effleurer
la silhouette blanche.

Son sillage insinue
que ses immenses ailes
n’auront jamais connu
le vertige du ciel.

Il poursuit jusqu’au bord
et meurt en le touchant,
et l’on entend encore
la chute de son chant.

Extrait de: 
POEMES TRADUITS DU SILENCE (http://enmotdiese.free.fr/a_auteurs.htm#martineau_traduitsdusilence)

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top