Poèmes

Crépuscule

par Martineau Philippe

Plus rien ne bouge, semble-t-il,
ni n’alimente le langage ;
seule une goutte de grésil
éclate au fond du paysage.

Est-ce un silence que j’entends
ou suis-je sourd en plein tonnerre ?
Sans doute est-ce pour moi le temps
d’être à l’écoute de la terre.

J’ignore encore qui je suis,
ému que le Monde me veuille,
et ne sais pas pourquoi je fuis
comme l’insecte sous la feuille.

Extrait de: 
PANTIN (http://enmotdiese.free.fr/a_auteurs.htm#martineau_pantin)



Poème publié et mis à jour le: 11 juin 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top