Blaise Cendrars - Poèmes de Blaise Cendrars
Poèmes

Blaise Cendrars

Oeuvres poétiques

Biographie de Blaise Cendrars

Blaise Cendrars, de son vrai nom Frédéric-Louis Sauser, était un poète et écrivain suisse, naturalisé français en 1916. Il était un romancier qui avait une influence considérable sur le mouvement moderniste européen. Il a commençé à écrire des poèmes lorsqu'il vivait à Saint-Pétersbourg. C'est là où il a écrit le poème 'La Légende de Novgorode'. Après ce passage en Russie, il est rentré en Suisse en 1907, où il a étudié la médecine à l'Université de Berne. Durant cette période, il écrit aussi son premier recueil de poèmes Séquences, influencés par Le latin mystique de Rémy de Gourmont. Ses textes sont caractérisés dès le début par le voyage et l'aventure. Dans sa poésie comme dans sa prose (romans, correspondances, souvenirs) à l'exaltation de la modernité s'ajoute le désir de créer une légende où l'imaginaire est inextricablement lié à la réalité. Poète, écrivain, reporter, cinéaste, scénariste, fondateur de magazines culturels, homme d'affaires, Blaise Cendrars exercera une forte influence sur toutes les mouvements littéraires et artistiques d'avant-garde du début du 20ème siècle. Son travail est d'une grande ampleur et un hymne à la vie.
Cendrars a été aussi le premier représentant du modernisme dans la poésie européenne avec ses œuvres. Il fut le premier poète moderniste, non seulement à exprimer les valeurs fondamentales du modernisme, mais également à créer sa première synthèse poétique solide, bien que cette réalisation ne découle ni d'un projet littéraire ni de considérations théoriques, mais de la volonté instinctive de Cendrars. Il était attiré par tout ce qui était nouveau mais également et beacoup plus par la littérature classique.
À bien des égards, il était l'héritier direct de Rimbaud, un visionnaire plutôt qu'un homme de lettres comme préfère le considérer les critiques littéraires français, terme qui, pour lui, était fondé sur une séparation de l'intellect et de la vie. La spontanéité, une curiosité sans bornes, une soif de voyages et une immersion dans l'actualité étaient ses marques quotidiennes tant dans la vie que dans l'art. Jeune homme, il a mené une vie d'aventurier et a exercé diverses professions, notamment comme apiculteur, légionnaire étranger et homme de spectacle. Après un court séjour à Paris, il se rendit à New York où il arriva le 11 décembre 1911. Du 6 au 8 avril 1912, il écrivit son long poème et recueil 'Les Pâques à New York', qui marquait sa première contribution importante à la littérature moderne. Ce livre avait été signé pour la première fois avec le nom Blaise Cendrars.
À l'été 1912, Cendrars rentre à Paris, convaincu que la poésie est sa première vocation. Avec Emil Szittya, un écrivain anarchiste, il a lancé la revue Les hommes nouveaux. C'est durant cette période qu'il se familiarise avec le grand nombre d'artistes et d'écrivains parisiens tels que Chagall, Jean Hugo, Robert Delaunay et autres. Il a notamment rencontré Guillaume Apollinaire. Les deux poètes se sont mutuellement influencés. Le poème de Cendrars Les Pâques à New York, a influencé le poème d'Apollinaire 'Zone'. Le style de Cendrars était basé sur des impressions photographiques, des effets cinématiques de montage et des changements rapides d'images, ainsi que sur des scènes d'une grande force émotionnelle, souvent avec le pouvoir d'une hallucination. Ces qualités, qui imprègnent également sa prose, sont déjà présents dans son long poème Pâques à New York.
Sa carrière d'écrivain fut interrompue par la Première Guerre Mondiale. Il fut envoyé sur le front de la Somme de la mi-décembre 1914 à février 1915. Il a décrit cette expérience de guerre dans ses livres La Main coupée et J'ai tué, et ce fut aussi le sujet de son poème 'Orion'. C'est lors des attaques de Champagne en septembre 1915 que Cendrars perd son bras droit et fut renvoyé de l'armée.
Les poèmes et textes de Cendrars sont devenus un élément de référence pour la communauté littéraire de Montparnasse. Ses écrits étaient considérés comme une épopée littéraire de l'aventurier moderne. Il était aussi un ami de l'écrivain américain Henry Miller, qui l'appelait sa 'grande idole', un homme qu'il 'vénérait tellement en tant qu'écrivain'.
À partir de 1950, Cendrars vit à Paris, où il meurt en 1961. Il est enterré au cimetière de Le Tremblay-sur-Mauldre à Paris.

Consulter tous les textes mentionnant Blaise Cendrars

Poèmes choisis de Blaise Cendrars


Blaise Cendrars

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top