Amolli, Blaise Cendrars
Poèmes

Amolli

par Blaise Cendrars

Blaise Cendrars

Jardin touffu comme une clairière

Sur le rivage paresse l'éternelle chanson bruissante du

vent dans les feuillages des filaos
Coiffé d'un léger chapeau de rotin armé d'un grand

parasol de papier
Je contemple les jeux des mouettes et des cormorans
Ou j'examine une fleur
Ou quelque pierre
A chaque geste j'épouvante les écureuils et les rats

palmistes

Par la fenêtre ouverte je vois la coque allongée d'un steamer de moyen tonnage

Ancré à environ deux kilomètres de la côte et qu'entourent déjà les jonques les sampans et les barques chargés de fruits et de marchandises locales

Enfin le soleil se couche

L'air est d'une pureté cristalline
Les mêmes rossignols s'égosillent
Et les grandes chauves-souris vampires passent silen cieusement devant la lune sur leurs ailes de velours

Passe une jeune fille complètement nue

La tête couverte d'un de ces anciens casques qui font

aujourd'hui la joie des collectionneurs
Elle tient à la main un gros bouquet de fleurs pâles

et d'une pénétrante odeur qui rappelle à la fois la

tubéreuse et le narcisse
Elle s'arrête court devant la porte du jardin
Des mouches phosphorescentes sont venues se poser

sur la corne qui somme son casque et ajoutent encore

au fantastique de l'apparition

Rumeurs nocturnes
Branches mortes qui se cassent
Soupirs de bêtes en rut
Rampements
Bruissements d'insectes
Oiseaux au nid
Voix chuchotées

Les platanes géants sont gris pâle sous la lune
Du sommet de leur voûte retombent des lianes légères qu'une bouche invisible balance dans la brise

Les étoiles fondent comme du sucre



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top