Liberté, Paul Eluard
Poèmes

Liberté

par Paul Eluard

Paul Eluard

Analyse du Poème 'Liberté' de Paul Eluard

Le poème Liberté a été écrit et publié en 1942 par Paul Eluard alors qu'il était actif dans la résistance française. Le titre original du poème était surtout 'Une seule pensée' et le texte était initialement destiné à la femme que le poète aimait (Nusch) jusqu'à ce qu'il s'est aperçu que le seul mot qu'il avait en tête durant cette période de l'occupation allemande était le mot 'Liberté'. Ainsi, déclare t-il, 'la femme que j’aimais incarnait un désir plus grand qu’elle. Je la confondais avec mon aspiration la plus sublime, et ce mot Liberté n’était lui-même dans tout mon poème que pour éterniser une très simple volonté, très quotidienne, très appliquée, celle de se libérer de l’Occupant'. La paix et la communion avec le monde et la nature l’avaient emporté. Le poème est parsemé de références à la nature, à la synesthésie et va des lieux impersonnels aux lieux très intimes. Le poème est ainsi devenu un symbole lors du refus des intellectuels français de se soumettre à l'oppression nazie. Le poème est devenu tellement célèbre qu'il continue à ce jour de rappeller de nostalgique souvenirs d’enfance à beaucoup de francophones à travers le monde qui l'ont tous étudié à l'école primaire. Les mots utilisés par Eluard dans ce texte sont extrêmement simples, mais le poète a aussi utilisé des métaphores éblouissantes.

Le poème a été publié le 3 avril 1942, sans aucune censure apparente et fut placé en tête du recueil de poésie clandestin 'Poésie et Vérité'. Il aurait été repris en juin 1942 dans le magazine Fontaine, suite aux recommandations de Max Pol Fouchet avec le titre 'Une seule Pensée'. La même année, il a été également publié à Londres dans le magazine gaulliste officiel 'La France Libre' et des milliers d'exemplaires ont été largués et parachutés par les avions britanniques de la Royal Air Force au-dessus du maquis français occupé. En 1945, le poème a été publié par les Éditions de Minuit dans un des recueils de poésie de Paul Eluard 'Au Rendez-Vous Allemand'.

C'est un poème assez long et le motif répétitif reste dans les mémoires. À travers ses 21 strophes, Paul Eluard a imprégné métaphores, anaphores et images originales jusqu'à la fin du poème, lorsque le mot Liberté fait exploser le poème en entier. Le texte est composé de 21 quatrains, qui suivent le même schéma. Éluard nomme de nombreux lieux, réels ou imaginaires, sur lesquels il écrira le mot liberté. Les trois premières lignes commencent chacune par 'Sur', suivies de la désignation d'un lieu, et la dernière ligne est reprise 20 fois comme un refrain: 'J'écris Ton Nom'. La 21ème strophe révèle une affirmation 'Pour te nommer Liberté'.

Paul Eluard (Eugène Emile Paul Grindel) est l’une des pierres angulaires du surréalisme et il est probablement grâce à ce poème le poète le plus étudié dans les lycées français. Pour avoir été un rebelle même dans les milieux littéraires français, il a su réussir à faire entendre sa voix dans la violence cacophonique des guerres. C'était un écrivain pacifiste pour qui le monde était illusoirement 'Bleu comme une orange'.

~~~

Sur mes cahiers d'écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable de neige
J'écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J'écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J'écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l'écho de mon enfance
J'écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J'écris ton nom

Sur tous mes chiffons d'azur
Sur l'étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J'écris ton nom

Sur les champs sur l'horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J'écris ton nom

Sur chaque bouffées d'aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J'écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l'orage
Sur la pluie épaisse et fade
J'écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J'écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J'écris ton nom

Sur la lampe qui s'allume
Sur la lampe qui s'éteint
Sur mes raisons réunies
J'écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J'écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J'écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J'écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J'écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attendries
Bien au-dessus du silence
J'écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J'écris ton nom

Sur l'absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J'écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l'espoir sans souvenir
J'écris ton nom

Et par le pouvoir d'un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté

Extrait de: 
Poésies et vérités, 1942



Poème publié et mis à jour le: 03 juillet 2019

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top