Poèmes

A Madame, a qui Je Fis Fort Bien un Enfant - Sonnet

par Christophle de Beaujeu

Madame c'est icy qu'il vous faut enfanter,

Prenez moy par le col, estendez vous par terre,
Vous souffrirez icy le mal de nostre guerre,
Mais ce mal, non la mort, il ne faut redouter :

Ne criez pas si haut, l'on vous peut escouter,

Que diroit-on,
Madame, ô
Dieu qu'elle me serre,
Je voy bien que l'Amour plus durement enferre
Que le barbier ne peut le fer du trait oster :

Non soubz le sainct
Cyprès, mais entre deux fontaines,
La
Déesse accouchant * subit les mesmes peines,
Faisant sortir un fils d'un tout semblable lieu :

Le sanglier, le géant, et le serpent
Numide,

Vindrent pour l'effrayer, mais ce champestre
Dieu
Luy servit comme moy, d'asseurance et de guide.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top