Poèmes

Sonnet Cvii - Sonnet

par Christophle de Beaujeu

Dequoy vous faschez-vous, est-ce trop de cinq fois,
Encore une autrefois, vous seroit-ce grand peine,
Vrayement vous en aurez une demi douzaine,
Je le fais bien debout, deux postes à la fois :

Mignarde attends un peu, je pense que tu crois
Que je manque de force, ha ta pensée est vaine,
J'ay de quoy pour fournir à l'envie soudaine,
Penses-tu que je veuille attendre une autresfois :

Non, non, je sçay qu'Amour n'a ce bien limité,
Aimant en ces combats la magnanimité,
Encor qu'il soit enfant, si est-il des plus braves :

Il n'aime le couard, mais le brave vainqueur,

De ces faits doux-piquants, il rend nos cœurs esclaves,
Et nourrit de ces fruicts, le plus généreux cueur.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top