Poèmes

Sonnet Xlii - Sonnet

par Agrippa D'aubigné

Auprès de ce beau teinct, le lys en noir se change,
Le laict est bazané auprès de ce beau teinct,
Du signe la blancheur auprès de vous s'esteinct
Et celle du papier ou est vostre louange.

Le sucre est blanc, et lorsqu'en la bouche on le range
Le goust plaist, comme fait le lustre qui le peinct
Plus blanc est l'arsenic, mais c'est un lustre feinct,
Car c'est mort, c'est poison à celuy qui le mange.

Vostre blanc en plaisir taint ma rouge douleur
Soyez douce du goust, comme belle en couleur,
Que mon espoir ne soit dementy par l'espreuve,

Vostre blanc ne soit point d'aconite noircy,
Car ce sera ma mort, belle, si je vous treuve
Aussi blanche que neige, et froide tout ainsi.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top