Médaille, José-Maria de Heredia
Poèmes

Médaille

par José-Maria de Heredia

Seigneur de
Rimini,
Vicaire et
Podestà.
Son profil d'épervier vit, s'accuse ou recule
A la lueur d'airain d'un fauve crépuscule,
Dans l'orbe où
Matteo de'
Pastis l'incrusta.

Or, de tous les tyrans qu'un peuple détesta,
Nul, comte, marquis, duc, prince ou principicule,
Qu'il ait nom
Ezzelin,
Can,
Galéas,
Hercule,
Ne fut maître si fier que le
Malatesta.

Celui-ci, le meilleur, ce
Sigismond
Pandolphe,
Mit à sang la
Romagne et la
Marche et le
Golfe,
Bâtit un temple, fit l'amour et le chanta ;

Et leurs femmes aussi sont rudes et sévères,
Car sur le même bronze où sourit
Isotta,
L'Eléphant triomphal foule des primevères.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top