Poèmes

Tranquillus

par José-Maria de Heredia

C'est dans ce doux pays qu'a vécu
Suétone ;
Et de l'humble villa voisine de
Tibur,
Parmi la vigne, il reste encore un pan de mur,
Un arceau ruiné que le pampre festonne.

C'est là qu'il se plaisait à venir, chaque automne,
Loin de
Rome, aux rayons des derniers ciels d'azur,
Vendanger ses ormeaux qu'alourdit le cep mûr.
Là sa vie a coulé tranquille et monotone.

Au milieu de la paix pastorale, c'est là
Que l'ont hanté
Néron,
Claude,
Caligula,
Messaline rôdant sous la stole pourprée ;

Et que, du fer d'un style à la pointe acérée

Egratignant la cire impitoyable, il a

Décrit les noirs loisirs du vieillard de
Caprée.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top