Lupercus, José-Maria de Heredia
Poèmes

Lupercus

par José-Maria de Heredia

Lupercus, du plus loin qu'il me voit : —
Cher poète,
Ta nouvelle épigramme est du meilleur latin ;
Dis, veux-tu, j'enverrai chez toi demain matin,
Me prêter les rouleaux de ton œuvre complète ?


Non.
Ton esclave boite, il est vieux, il halète,
Mes escaliers sont durs et mon logis lointain ;
Ne demeures-tu pas auprès du
Palatin ?
Atrectus, mon libraire, habite l'Argilète.

Sa boutique est au coin du
Forum.
Il y vend
Les volumes des morts et celui du vivant,
Virgile et
Silius,
Pline,
Térence ou
Phèdre ;

Là, sur l'un des rayons, et non certe aux derniers,
Poncé, vêtu de pourpre et dans un nid de cèdre,
Martial est en vente au prix de cinq deniers.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top