Gondoles, Jean Orizet
Poèmes

Gondoles

par Jean Orizet

Leur proue de trirème ou de drakkar semble toujours prête à conquérir la mer.
Devenues pacifiques, elles glissent, sans cesse plus rares, sur des canaux en proie aux explosions.

Noires dessus — les doges le voulurent ainsi par souci d'égalité — vert-jaune dessous, elles gardent les couleurs et le mystère originel des salamandres.
La grande rame qui les meut est leur antenne sous-marine.

De chacun, elles connaissent les secrets passés, présents et à venir, mais leur mouvement silencieux, dû au profil aigu de leur carène, ne les incite guère aux
confidences.

Si
Venise, un jour, disparaît, elles seront ses voiles de deuil, ses pleureuses.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top