Grikou, Jean Orizet
Poèmes

Grikou

par Jean Orizet

Nuit où les chiens s'appellent devant la mer lumineuse.

Immobilité presque tactile de l'île dans cette clarté.

Les pêcheurs font naître sur l'eau des étoiles inhabituelles.

Partout, le tintement continu des troupeaux

entre leurs pierres sèches.

De quelles inquiètes vêpres est-il nourri?

Bientôt la lune sera pleine alors la houle grandira.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top