Dits de Genèses, Jean Claude Renard
Poèmes

Dits de Genèses

par Jean Claude Renard

Marcher, fût-ce vers rien, garde possible tout.

L'eau de l'obscur est bonne à boire.
Accordant le zèle du corps à la grande danse initiatique, approche-toi de la maison où. sur la table, une cruche attend la main secrète qui pourra seule l'y verser.

Des abeilles ruchent sous la neige.
Qui l'ignore ne voyage pas,

— n'appartient pas à l'aventure dont importe moins de qui el vers quoi que l'insolite persistance.
Car que guetter, sinon l'irrévélable, dans l'errance sacrificielle?

(Extraits)



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top