Bœuf Écorché, Edouard Glissant
Poèmes

Bœuf Écorché

par Edouard Glissant

C'est de la viande où passait le sang, de la viande
Où tremblait la miraculeuse,
L'incompréhensible chaleur des corps.

Il y a encore

Quelque chose de la lueur du fond de l'œil.

On pourrait encore caresser ce flanc,

On pourrait encore y poser la tète

Et chantonner contre la peur.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top