Ballade, Edouard Glissant
Poèmes

Ballade

par Edouard Glissant

Tous les ruisseaux du sol
Penchent vers sa demeure.

Tous les chevaux des plaines
Montent vers sa fenêtre.

Tous les oiseaux des bois
Sont beaux de son bonheur.

Et les choses de peu
Lui gardent souvenir.

Le vase orange,

Comme à sa place de toujours sur la fenêtre

Et le buis dur.

Les filles s'enlaçant sur le pas des maisons,

L'orphelin qui sourit causant avec les filles

Et nos deux mains unies
Comme des mains de pierre.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top