Aube poème de Flora Tahavi
Poèmes

Aube

par Flora Tahavi

les parallèles luisent à l'aube et l'ouest
les lèvres sinueuses de la mer mouillent le fard épars de la nuit
les coqs dégrippent l'ossature musicale du jour jouir simule l'épuisement fanfares
c'est l'heur c'est l'heure où les femmes filles mères
sortent à demi nues nuées sortent lentes du miroir
elles attendent leurs yeux l'effarement du sourire
sa mutinerie patine de l'animal-fard
dont l'âme erre en robe d'air
pitié pour les éclats de verre refuges du regard
tahavi contemple un bain vert
le bain fractal du jour le bain qu'un corps seul tiédit
des larmes un peu de métal de cristalle un peu
île haie mûres du parfum
ô ma dame-jeanne il est l'heure je veux je dois
je veux
tacher sans fin la l'aigrette de ta présence
ton souvenir en moi comme la paresse de l'écume
vibrante vaporisée


Poème publié et mis à jour le: 09 juillet 2015

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top