Poèmes

Regards

par Georges Emmanuel Clancier

pour
Jacqueline

L'herbe est rompue sur tout le sol,

Seules les tiges couchées au-dessus de la

Rivière se prolongent

Vie offerte aux reflets du ciel

Sur quoi le temps s'écoule.

Au bout de mes doigts calmes qui pensent,

Des visages caressent leur élan passé

Et, lentement.

De cette prairie volée, et par delà mes yeux,

Plus loin que mon regard emporté

Entre les berges,

Il naît pour l'attente de ces visages

Une tendre pulsation

Vie offerte où s'écoule le ciel.

II

Vois cet inconnu marcher dans l'éclat.
Là où le chemin à peine se devine
Sur quoi repose ma vie.

Tes mains et tes désirs le percent

Mais ne sens-tu pas s'y cogner, déjà, ton cœur ?

Et la lumière dont il te sourit.

Bien plus loin,

À l'horizon de ta présence,

Si tes yeux

A coups de cils et de rêves

En brisent un reflet,

Ils vont l'aimer

D'un trop lent amour.

Cris accrochés aux poussières de ciel qu'entraîne son élan.

III

Les hauts de la lande sont à l'autre monde,
Les hauts du monde,

Là où le balancement de rêve au sang n'est plus.
Et c'est la promesse nue

Celle d'où est tombé le temps comme un anneau de fruits.

Prendre les routes : la blanche, la dure, la rebondissante,
Les prendre pour aller où et où ?
Au dernier ciel après les dernières lignes du ciel,

Amours, désirs.

Élargissant la roue, l'anneau de l'explosion.

Tu seras de soleil.

Tu seras les milliers de regards

Humides au visage halluciné du cercle.

Mais voir

Il n'y a rien à voir.

Nœud de serpents, belle étoile marine
Tu rejailliras aux sources de ton cœur
Humblement.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top