Poèmes

Ruine

par Georges Emmanuel Clancier

C'est une vaste terre brune qui glisse sous le vent,
Où les plantes sont rêves à ras du sol
Et le ciel une prophétie.

Depuis longtemps anéantis l'arbre et l'homme
N'ont plus même laissé au seuil de l'azur
Errer quelque trace frêle de leur vie.

Qui marche là, dont les pas soulèvent une acre furée ?
Dont le visage reste flamme noire dans le vent ?
Qui chante ce chant de solitude ancienne
Que l'amour a laissé nue comme les landes ?

Peut-être mon ombre appelée dans l'automne

Haute silhouette titubante

Prisonnière de trop de gestes.

Des ailes grises en lambeaux battent autour d'elle

Traînant leur crissement dans l'herbe calcinée.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top