Les Boutiques de Toile, Max Jacob
Poèmes

Les Boutiques de Toile

par Max Jacob

Max Jacob

Les boutiques en toile ne manquent pas

à la foire du 15 août à
Quimper

et un tas de mardi gras

pour y boire des verres

venez par ici tous à la loterie

venez au cirque

c'est ici qu'on rit

à voir la vache à trois queues.

Mais les filles ne vont qu'au marchand de cacahuettes

Ses yeux sont un miroir pour prendre les alouettes

il a la peau à l'huile comme un chevreau cuit

il a des belles épaules comme un spahis

A la fin du mois les baraques sont parties

et la bonne du docteur

n'est pas rentrée

On a dit qu'on l'avait vue avec ce boit sans soif

Ah ! ma pauvre
Marie ! qui empèsera tes coiffes.

L'année suivante
Marie est revenue chez le docteur

Elle dit que son petit est l'enfant de sa sœur.

Le docteur lui dit : «
Marie reprenez votre place

et ne mentez pas ! on vous aidera à élever votre gars.

Marie pleure de temps en temps «
C'est que j'ai mal aux dents.


Non
Marie ! c'est du regret que vous avez de vos fautes.


Du regret de mes fautes je n'ai pas mais d'avoir perdu mon amour. »



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top