La Mort Simple - Sonnet, Alain Bosquet
Poèmes

La Mort Simple - Sonnet

par Alain Bosquet

Alain Bosquet

Je prenais mon café, ni bougon ni joyeux, ce matin, quand j'ai lu dans mon journal cinq lignes qui annonçaient ma mort.
La surprise passée, je me suis dit qu'on me donnait enfin le droit

de n'être plus personne.
Ainsi je me sens libre d'aller où je l'entends, d'aimer qui je rencontre, d'agir sans le souci d'aucune éthique.
Au fond, pour un vieil écrivain, savoir qu'il est posthume

ne manque pas d'attrait.
L'anonymat me va comme un linceul de luxe.
Et tout à coup j'y songe : pourquoi n'irais-je pas lundi à mes obsèques ?

Les fleurs seront jolies.
Une actrice lira

un poème de moi.
Je dirai aux amis

que je suis très heureux de les avoir quittés.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top