Une Vie - Sonnet, Alain Bosquet
Poèmes

Une Vie - Sonnet

par Alain Bosquet

Alain Bosquet

A 20 ans, je voulais transformer l'univers, peu importe comment, peu importe pour qui.
A 25 ans, j'étais un vainqueur : les
Teutons à genoux devant moi, la
France libérée,

les femmes dans mon lit.
A 30 ans, j'entendais rendre le peuple heureux : j'avais le cœur plus vaste qu'un fleuve en crue.
A 40 ans, mes poésies devaient, comme le pauvre chien rapporte un os,

me rapporter la gloire.
A 50 ans, la joie

sans détour m'a suffi : les compagnons, l'épouse,

les compromis du corps, les pantoufles de l'âme.

A 60 ans, je grincerai comme une porte,

pour que les jeunes gens quelquefois me remarquent,

moi qui ne serai plus qu'un modeste intestin.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top