Poèmes

Jérémie

par Léo Ferré

Ce siècle a des violence(s) empruntées à la guerre
Moi qui suis né dans l'une et qu'ai poussé sous

l'autre
Dans la traînée du vent je m'essaye et j'apôtre
Un évangile d'arrogance et de misère

Tout petit je galbais déjà comme une ogive
Ma main en haut-parleur faisait parler les pierres
Et mes cris dédouanés cavalaient les frontières
J'étais nazi de couillë et mon âme était juive



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top