Grand Orgue, César Moro
Poèmes

Grand Orgue

par César Moro

Faire pendant à une baignoire bleue

Avec un pendu bleu de peur à une corde bleue

Une brosse en main à distance de belles pommes

Comme des reines aux aguets

Des roses à la main aux cheveux

Les paumes avides de rosée

(Car le cheval est sourd au bord de la mer)

Les reins cambrés belles têtes volcaniques

Les fruits n'ont eu de cesse qu'ils n'avalent

La baigneuse radiée et dédiée à la nacre

Cachets aux tempes sur l'assiette à soupe



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top