D'une Colline, Georges Emmanuel Clancier
Poèmes

D'une Colline

par Georges Emmanuel Clancier

Il est au faîte du pays
Sur le roc, dans la solitude
Heureuse et vaste de midi,
Il est le veilleur qui dénude
Ces villages et leurs prairies.

Il respire par cette peau

De forêts, de blés, de rivières,

Toute jalonnée de tombeaux

Toute irriguée par la prière

De l'homme, du vent, de l'oiseau.

Ses mains sur le ciel familier
Ont tracé de lentes caresses
Et ses jambes sont les piliers
Du monde qui doucement cesse À l'horizon de peupliers.

Il écoute sous le silence

S'amonceler de durs aveux

De peines, d'amour, de naissance,

Il devine il attend le feu

Qui sous les champs et les corps danse.

Il sait peupler de sa vision,

De sa mémoire et de son rêve,

Cette terre, cette passion
Dorées d'une éternité brève
Comme d'une chaude moisson.

Pour un dieu trop léger peut-être
Il presse de son simple poids
De vivant sur cette bruyère,
Pour un dieu dont se perd la voix
Il veille un royaume éphémère.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top