Poèmes

Cimetière - Sonnet

par Alain Bosquet

Alain Bosquet

La bière, le cercueil, le corbillard, la tombe, les fleurs, la rhétorique et les condoléances : on m'a tout infligé.
A ma façon, j'essaie de dresser un obstacle au néant, à l'oubli,

aux complots de mon siècle.
Et je veux qu'un poème

soit digne ce matin de recevoir le corps

de ma mère. Écartez ces colporteurs de bibles

et de mélancolies !
Je sais qu'entre mes mots

sa demeure est durable : il y fait un jardin aux musiques de soie ; il y fait un azur où les visages rajeunissent.
Dans mon verbe

le cimetière est invisible, et l'on revit

son existence plusieurs fois selon ses vœux :

j'y invente sans cesse une autre éternité.



Poème publié et mis à jour le: 13 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top