Solitaire Tercet par Caroline Baucher
Poèmes

Solitaire Tercet

par Caroline Baucher

Solitaire tercet
Quelle tristesse, de n’être que trois.
Cette rime, toujours, est orpheline
Se sentant bien seule elle aurait bien froid

Et ne serait-ce pas un effroi
de savoir qu’elle ne rime à rien.
Il faut qu’un ami, on lui octroie.

comment des Italiens si chaleureux,
ne veulent-ils pas qu’un vers s’acoquine
pourquoi le rendent-il si malheureux

il en appelle de tous ses veux
ne plus être pris pour un vaurien
voyons, soyeux généreux :

le vers, solitaire, prend tout son sens

Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top