Poèmes

Solitaire Tercet

par Caroline Baucher

Solitaire tercet
Quelle tristesse, de n’être que trois.
Cette rime, toujours, est orpheline
Se sentant bien seule elle aurait bien froid

Et ne serait-ce pas un effroi
de savoir qu’elle ne rime à rien.
Il faut qu’un ami, on lui octroie.

comment des Italiens si chaleureux,
ne veulent-ils pas qu’un vers s’acoquine
pourquoi le rendent-il si malheureux

il en appelle de tous ses veux
ne plus être pris pour un vaurien
voyons, soyeux généreux :

le vers, solitaire, prend tout son sens

Que Pensez-Vous de ce Poème?

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top