Poèmes

Porte D'automne

par Jacques Réda

Porte d'automne, lente écluse entre les peupliers ;
Cataractes de paix dans le bleu guerrier de l'été ;
Souffle du haut vantail sur les gonds criants des forêts ;
Espace enfin, démarrage de tout l'espace à travers un

espace vrai,
Mais retour où criait le couvercle noir du plumier.
Et non,

Je ne cherche pas une enfance à tout jamais paralysée
Entre les figures indéchiffrables qui se retirent,
Mais le pays qui s'ouvrait librement au bord de la saison

seule et dure.
Oh j'aimais le tilleul dans la cour étroite du boucher juif.
Et cette lumière tranchée à coups de sabre entre le parc et

les casernes, mais
Ce qui s'élançait vers le ciel délivré de septembre
Déjà me rappelait.

(Et quoi encore ?
Ils ont tué
Pol
Israël dit
Salomon dans un wagon du camp

d'Écrouves,



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top