Faction du Muet, Philippe Jaccottet
Poèmes

Faction du Muet

par Philippe Jaccottet

Les pierres se serrèrent dans le rempart et les hommes vécurent de la mousse des pierres.
La pleine nuit portait fusil et les femmes n'accouchaient plus.
L'ignominie avait l'aspect d'un verre d'eau.

Je me suis uni au courage de quelques êtres, j'ai vécu violemment, sans vieillir, mon mystère au milieu d'eux, j'ai frissonné de l'existence de tous les autres, comme une
barque incontinente au-dessus des fonds cloisonnés.



Poème publié et mis à jour le: 15 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top