Poèmes

Esprit Chimérique...Outré.

par Mohammed Hachoum

Qui es-tu, ô poète du peuple asservi?
Une illusion? Une chimère? Une utopie?
Tu n'es qu'une douleur qui crie
L'ombre qui se laisse prendre aux mirages d'une gloire
Un fantôme s'évadant d'un trou chaque soir
Pour superposer aux plaintes du vent
Une mélodie une suite de chants funèbres
Que les accents flûtés des ténèbres
Répandent dans ta nuit éternelle
Tu es une goutte d'eau artificielle
Qui se perd dans les nuages
S'amoncelant dans une rivière
Faite des pleurs des amoureux tristes
Condamnés à mourir en proscrits
A s'égarer perpétuellement dans les plis des blessures
Tu es ô poète méconnu
Un soupir mis à nu
Un voilier las de voguer
De s'exiler sans répit
Dans l'horizon de l'impossible s'enflamme.
Sur ta tombe ô étranger
Des sans abris des sans familles s'attroupent en procession
Ils brûlent des cierges
Ils psalmodient sur un ton uniforme
Quelques bribes de tes poésies
Écrites avec tes larmes
Avec tes tripes moisies
Dont les sentiers s'ouvrent au nectar des lames
Coulant à flots dans l'estuaire d'un cœur meurtri
Par l'ennui du temps morne
Par l'usure
Par les morsures semées dans les plaies et leurs fissures
Afin de te rendre hommage, toi le brin de poussière
Toi l'inconnu
Le poète méconnu
Venu de nulle part
Et boire tout leur soûl à ta mémoire
Alors que la nuit richement parée
Pour nuire à sa langueur
Leur allume les torches printanières
Des rêves brisés sur les murs de la tentation amère
Que reste-t-il de toi sauf des vers épars
Chevauchant ton âme
A travers la fumée de tes débris
Qui se profilent dans les cieux
Pour scruter l'horizon et tracer sur ses bords
Les contours harmonieux d'une image
Qui traverse tous les âges
S'élevant au dessus de tout ce qui est matériel
Un arc de triomphe fait en ton honneur
Furtif aux caresses des yeux, du regard
Disparaît dans le brouillard
Du vide, du néant, de l'irréel?

Agadir le 28 octobre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Retour au Top