Poèmes

Dix Sonnets Tires de la Priape D'e. Jodelle

par Etienne Jodelle

Sonnet
II

En quelle nuict, de ma lance d'ivoire,
Au moussé bout d'un courail rougissant,
Pourrai-je ouvrir ce bouton languissant,
En la saison de sa plus grande gloire ?

Quand verserai-je, au bout de ma victoire,
Dedans sa fleur le cristail blanchissant,
Donnant couleur à son teint palissant,
Sous le plaisir d'une longue mémoire ?

Puisse elle tost à bonne heure venir,
Pour m'engraver un joieux souvenir,
Tardant si peu de son cours ordinaire

Qu'elle voudra l'ombre noir qui la suit,
Car de la nuict le clair jour je puis faire,
Et du clair jour l'ombreuse noire nuict.



Poème publié et mis à jour le: 14 novembre 2012

Lettre d'Informations

Abonnez-vous à notre lettre d'information mensuelle pour être tenu au courant de l'actualité de Poemes.co chaque début de mois.

Nous Suivre sur

Retour au Top